• Le marié maudit

    Série : Who will take this man ? (n°1)

    Le marié maudit d'Allessandro JacquieHéros : Philip vicomte de Greybourne - Héroïne : Meredith Chilton-Grisedale

    Meredith Chilton-Grizedale comptait fermement sur l'union du vicomte Philip de Greybourne avec lady Sarah Markham pour asseoir sa notoriété de marieuse. La cérémonie, où était convié tout le gratin londonien, s'annonçait somptueuse. Ce serait la consécration de sa carrière, le fruit d'années d'efforts acharnés pour se faire une place au soleil et enterrer définitivement un passé sordide. Malheureusement, juste avant de passer devant l'autel, la fiancée s'éclipse, n'ayant nulle envie de succomber à la malédiction qui pèse sur Greybourne. Lors de fouilles archéologiques en Égypte, celui-ci a en effet découvert une pierre sur laquelle était gravé un sortilège condamnant à mort la fiancée ou l'épouse de celui qui le lirait. Une formule conjuratoire figurait à la suite mais la pierre a été brisée à cet endroit. Pour sauver sa réputation, Meredith n'a plus qu'à aider Greybourne à retrouver le fragment disparu. Mais le vicomte est fâcheusement séduisant !

    **** excellent

    27-02-2012 Si un soupçon de paranormal vous rebute, ce n'est pas la peine d'aller plus loin, car toute l'intrigue repose sur une malédiction, en revanche, si on aime les héros tendres, intelligents, drôles et terriblement gentils, ce livre est pour vous.

    Le héros est atypique, archéologue, portant de lunettes, mal habillé, un peu timide même, et emprunté, mais ne vous y trompez pas, il est aussi fort, courageux et sensuel, sinon, ce ne serait pas un héros de romance ! L'héroïne sort elle aussi des sentiers battus, elle a pour profession d'être « marieuse » dans la bonne société, c'est à dire qu'elle intervient pour permettre aux familles de contracter des alliances qui favorisent les deux parties. Le dernier travail en date doit lui permettre d'asseoir sa renommée et voir enfin ses rêves se réaliser car derrière sa respectabilité, se cache un lourd passé dont elle veut définitivement tourner la page.

    Mais ses ambitions volent en éclats quand elle réalise que le futur époux, Philip, vicomte de Greybourne,  est un homme un peu hors normes qui a préféré laissé la bonne société londonienne pour parcourir l’Orient à la recherche des civilisations anciennes ; qu’il a déjà laissé une fiancée au pied de l’autel quelques années auparavant créant un énorme scandale ; et qui, comble de malchance, est  désormais maudit depuis la découverte d’une pierre ancienne qui condamne toute femme qui l’épouserait à une mort certaine.

    Que cela ne tienne, elle va tout faire pour l’aider à conjurer le sort et lui trouver une épouse digne de son rang même s’il faut pour cela déballer avec lui toute la marchandise ramenée d’Orient pour trouver la solution de l’énigme. Mais c’est sans compter sur les sentiments que lui inspirent le vicomte et l’acharnement de ce dernier à vouloir l’épouser, elle, et non une petite oie blanche de la bonne société, aussi belle soit-elle.

    Ce livre est un délice notamment par les dialogues qui ne manquent pas de sel, par le contraste entre les deux héros et par l'acharnement de Meredith à trouver une épouse à Philip alors que lui, "ne veut qu'elle, et seulement elle". Les scènes romantiques sont délicieuses et le héros est adorable sous ses airs gauches (trompeurs). A leurs côtés gravitent Andrew, l'ami de Philip et Catherine, sa sœur, héros du tome 2.

    Quatre étoiles pour un livre qu’on lit d’une traite malgré le soupçon de paranormal.

    Le marié maudit d'Allessandro Jacquie


    votre commentaire
  • La justicière de Boston

    Série : Les frères Hawthorne TOME 3

    Héros : Lucas Hawthorne - Héroïne : Alice Kendall

    La justicière de BostonÀ Boston, le très chic club masculin tenu par Lucas Hawthorne risque de fermer. Et pour cause ! Son distingué propriétaire est très fortement soupçonné d'avoir tué une prostituée. On a retrouvé sur son corps l'exacte réplique du sceau d'une de ses bagues. Sur les conseils de son frère, il s’est tourné vers une femme avocat pour le défendre, la jeune Alice Kendall. Mais son fiancé Clark et son père, tous deux procureurs, désapprouvent : un gentleman perdu de réputation... Une affaire de mauvaise moeurs... il est couapable, pourquoi chercher à gâcher sa carrière en le défendant ?

    ***

    03-03-2012 : Un conseil, ne pas faire comme moi et regarder les dernières pages du livre avant de commencer, car sous fond de romance, ce roman est avant tout un policier dont le suspense est bien mené jusqu'au bout.  Alice se révèle une femme de tête, et dans le prétoire, une excellente avocate qui réussit à dénouer le complot orchestré contre Lucas, le dévoyé de la famille Hawthorne qui a choisi d'ouvrir un bar pour gentlemen.

    L'héroïne est anticonformiste, élevée par son père veuf (procureur) et son oncle  célibataire (chef de la police), elle n'a pas vécu une enfance de petite fille traditionnelle. Dans cet univers ou la loi primait avait tout, elle parlait droit, procès et crimes. Après de brillantes études, elle choisit de vivre seule dans le cottage à côté de sa famille et d'ouvrir son propre cabinet d'avocat. De petites affaires en petites affaires - toutes gagnées- elle vivote jusqu'au jour où la famille Hawthorne lui offre la possibilité de faire ses preuves. Certes, elle n'a jamais plaidé dans un tribunal pénal ; certes, l'affaire semble perdue d'avance, mais elle accepte quand même ce challenge pour prouver à son père qu'elle peut réussir. Mais comment faire quand les preuves semblent irréfutables pour accuser Lucas d'avoir assassiné une prostituée dans la ruelle où il habite ? Comment mener une enquête quand le propre accusé semble totalement détaché, pire, quand il lui met des bâtons dans les roues en cachant ce qu’il sait ? Enfin, comment résister au charme de cet homme qui la trouble au-delà de toute raison et rester professionnelle ?

    Au fil des pages, Lucas se dévoile. L’homme dévoyé ne l’ai peut être pas autant qu’il veut bien le montrer. Qui se cache derrière cette façade ? Comment et pourquoi a-t-il choisi une voie que toute la ville désapprouve ? Pourquoi entretient-il des rapports houleux avec son père ? Que s’est-il passé dans son enfance qui l’a marqué de façon indélébile?

    Ces deux êtres que tout oppose en apparence (la vieille fille un peu coincée et anti-conforme et le héros séducteur et bon viveur) ne sont finalement pas si différents que cela. A tout deux, on a volé leur enfance et leur innocence.

    Ce livre n’est pas facile tant les drames soulignés sont assez sombres mais il se lit d’une traite, notamment par l’enquête,  la romance des deux héros, mais aussi par les personnages secondaires (Grayson qui joue un rôle important, les parents de Lucas qui cherche à se retrouver (voir tome 2) et le père de Alice, le procureur implacable qui fait passer sa profession avant sa famille).



  • Dans le feu de la passion

    Dans le feu de la passionSérie : Les frères Hawthorne TOME 2

    Héros : Grayson Hawthorne - Héroïne : Sophie Wentworth

    Concertiste de talent, Sophie Wentworth est partie faire une tournée en Europe. Elle s'y fait remarquer par un répertoire osé et des robes affriolantes. Son père, furieux de ses frasques, la rappelle. Elle s'en retourne à Boston où une mauvaise surprise l'attend : ruiné, son père a vendu la maison de Swan's Grace à l'inoubliable Grayson Hawthorne, qu'elle s'était juré de ne plus aimer…

    ***

    20-02-2011 : Personnellement dans ce livre, j'ai accroché dès le début avec le héros, Grayson, qui, dans sa volonté de plaire à son père, se dépasse dans tout ce qu'il fait pour atteindre la perfection. Malheureusement, ce n'est jamais assez, et il souffre d'un manque qu'il ne peut définir. Quand son amie d'enfance, la jeune Sophie, revient après cinq ans d'absence inexpliquée, sa vie est totalement chamboulée, le désordre s'installe, et paradoxalement, alors "qu'elle le rend fou", il se sent revivre. Il lui faudra 282 pages pour réaliser que les sentiments qui l'unissent à la jeune fille vont bien au delà de l'amitié et qu'ensemble, ils forment "les deux moitiés d'un tout, totalement complémentaires", elle, avec sa vie désordonnée d'artiste, lui, dans sa vie bien rangée d'avocat.

    Ce livre est beau parce que, dès le départ, nous sommes en présence de deux héros très attachés l'un à l'autre, qui se connaissent depuis toujours, se tutoient, ont des souvenirs tendres ensemble. Ils ont essayé durant ces 5 longues années de vivre l'un sans l'autre, jouant des rôles qui ne leur correspondaient pas uniquement pour essayer de plaire aux autres. Sophie s'est réfugiée dans la musique en donnant des concerts à travers toute l'Europe « s’achetant »  même des amis pour avoir un semblant de famille. Grayson , quant à lui, a tout misé tout sur sa vie professionnelle et la réussite. C'est un homme doté d'un grand sens moral, très pointilleux sur les convenances "qui aspire à une vie ordonnée consacrée au travail, à un foyer calme et douillet."

    De retour à Boston, Sophie tombe des nues en apprenant que son père a vendu sa maison et l'a fiancée à Grayson pour de l'argent. Certes, elle aime désespérément son ami, mais le passé et la vie trouble qu'elle a choisi de mener sont des entraves à ce mariage.  Elle ne le mérite plus et fera tout son possible pour rompre ces fiançailles, même si son cœur réclame le contraire. Grayson fera preuve d'une patience d'ange avec elle pour la convaincre de l'épouser.

    N'ayant pas lu le tome 1, je ne peux faire le lien avec l'histoire du frère du héros mais cela donne envie de trouver les autres livres de la série. Lucas, le dernier frère, héros du tome 3, l'insoumis de la famille, semble lui aussi avoir un passé assez difficile.


  • Pour une caresse

    Pour une caresseHéros : Drake Pierson - Héroïne : Althea Selwyn

    Malade de jalousie, le comte de Langley arrache le nouveau-né à son épouse, sans se douter qu'elle va mettre au monde une petite fille quelques instants plus tard... Vingt ans s'écoulent. Althea Selwyn a grandi aux Carabes, où elle dirige une compagnie maritime. Ayant repéré des anomalies dans la comptabilité, elle décide de se rendre à Londres afin de démasquer le voleur et de rencontrer sa sœur qu'elle ne connaît pas. Reste à supporter la traversée en compagnie de Pierson Drake, Anglais dominateur pour qui une lady devrait se cantonner à la broderie. Cet homme serait impossible s'il n'était si séduisant. Et, même si elle est farouchement hostile au mariage, Althea ne peut nier la folle passion qui, des tropiques aux salles de bal londoniennes, va les dévorer un peu plus chaque jour...



    ***

    12/02/2012:  Le héros est un enfant illégitime, élevé par une mère seule, qui n'a pas hésité à braver la haute société pour imposer son fils, avec le soutien inconditionnel de son père, duc. Pierson Drake a souffert que son père ne l'ait pas reconnu et a toujours voulu tout réussir pour lui prouver qu'il était digne de lui même pour cela épouser une femme  de haute lignée sans se soucier de sentiments.  Mais tout cela n'a plus d'importance dès lors qu'il rencontre Théa, une jeune femme élevée aux Caraïbes affranchie de toutes les conventions sociales et qui refuse obstinément le mariage pour ne pas subir ce que sa propre mère a subi sous la férule de son mari cruel qui lui a enlevé son fils à la naissance.

    Ce roman se lit très rapidement, le héros, n'est pas un homme torturé par des démons. Il oublie toutes ses ambitions en croisant la route de Théa et son côté dominateur ne s'exercera que pour la convaincre du bien fondé d'un mariage entre eux. L'héroïne est une femme indépendante, qui dirige une affaire de transport maritime. Si elle veut honorer la promesse faite à sa mère de ne pas épouser un homme dominateur, elle cèdera face à Drake, qui, sous ses airs arrogants, affiche un grand sens de l’honneur et une grande générosité.

    A noter que la suite de la trilogie, avec l'histoire d'Irina et Jared, demi-soeur et frère de Thea, n'est pas traduite.


  • Celle que j'attendais

    Celle que j'attendais

    Héros : Lord Vere dit Penny - Héroïne : Elissande Edgerton

     

    Bon voyage, mon oncle. Revenez-nous vite ! La voiture disparue, le sourire d'Elissande s'évanouit. Son oncle, elle le hait pour ce qu'il leur inflige, à elle et à sa tante, depuis tant d'années. A Highgate Court où elles vivent coupées du monde, les brimades pleuvent, pourtant il faut jouer la comédie et toujours sourire en l'honneur de ce monstre. Elissande pourrait fuir, mais il n'est pas question qu'elle abandonne sa tante. Alors elle donne le change et espère, s'évade en pensée vers la petite île de Capri, source de liberté, jusqu'au jour où elle rencontre le marquis de Vere. Elle n'a que trois jours pour l'épouser avant le retour de son bourreau. Elle ignore que, comme elle, Vere n'est pas celui qu'il prétend être...

    ***

    08/02/2012 : Le héros est un parfait benêt, du moins en apparence car en réalité derrière le marquis de Vere, cet imbécile heureux qui pérore sans raisons et accumule les bêtises, se cache un être torturé qui a tenté d'échapper aux démons de son passé en devenant agent de la Couronne. Quand une affaire le conduit chez Elissande Edgerton, il ne s'attendait pas à tomber sous le charme de celle qui incarne ses rêves de femme idéale, ni à voir ses espoirs déçus quand la Belle se transforme en manipulatrice et le contraint au mariage faute d'avoir réussi à piéger son frère, le gentil Freddie. Faut-il qu'elle soit désespérée pour accepter de se marier avec un parfait idiot, même s'il est marquis et peut lui assurer la protection qu'elle souhaite ? Il a conscience qu'elle a agi ainsi pour sauver sa tante de la tyrannie de son époux et pour retrouver la liberté, mais il ne peut lui pardonner. Cette rancune va grandir, grandir, jusqu'à devenir une obsession alors même qu'il voit sa femme s'ouvrir à lui et lui prodiguer gentillesse et tendresse. Mais comment savoir si elle ne joue pas la comédie ? Comment lui faire confiance, lui, qui depuis treize ans, vit dans le mensonge en jouant un rôle aux antipodes de ce qu'il est réellement ?  Comment se permettre d'être heureux à ses côtés quand une partie de lui-même est hanté par le passé ?

    Sherry Thomas a su subtilement jouer avec le héros, passant adroitement du benêt sympathique et drôle à l'agent secret intelligent et torturé. Son sytle est alerte, et on ne retouve pas les flashback pénibles à suivre de deux autres de ses romans. Les héros secondaires, Freddie et Angelica sont fort sympathiques et allègent la tension du roman. L'héroïne pour sa part, est un ange de patience, avec sa tante grabataire, son oncle monstrueux et son époux ambivalent. Malgré les brimades et la peur, elle n'a pas perdu son âme et a su conserver une aptitude au bonheur. C'est ce dernier point qui va faire pendre conscience à Vere qu'il peut, lui aussi, se laisser aller à trouver le bonheur avec celle qu'il attendait et qu'il a enfin trouvé sous les traits d'Elissande.

    Question : pourquoi ce héros ne porte-t-il pas de prénom ? On évoque une fois son prénom : Spencer, on ne l'utilise jamais. Son frère l'appelle affectueusement Penny, sa femme aussi à une ou deux reprises, mais la plupart du temps, la romancière utilise son nom de famille. C'est étrange.


    votre commentaire
  •  Héros : Norah Linton - Héroïne: Adam Kane de Rathcannon

    Sous la plume de l'amour

    Quelle humiliation ! Avoir tant rêvé sur les poétiques missives signées Adam Kane, avoir fait ce long voyage vers l'Irlande, et découvrir que tout n'est qu'un leurre, il ne veut pas se remarier. En réalité, les lettres étaient écrites par une adolescente qui souhaitait retenir près d'elle son père en lui trouvant une épouse inoffensive... Durant toute la nuit, Norah a ressassé ses illusions brisées. A présent, il ne lui reste plus qu'à retourner en Angleterre. Et tenter d'oublier sa déception. Mais comment cacher à cet homme si séduisant l'émoi qu'il suscite en elle ? Mais il ne faut pas oublier que cet homme n'est qu'un débauché, et peut-être même un assassin...

    **

    06-02-2012 :  Norah ne nourrit qu’un rêve : fonder une famille, aimer et être aimée en retour. C’est qu’elle a tant d’amour a donner et personne pour le recevoir. Quand son beau père veut lui imposer comme mari un jeune homme de cinq ans son cadet, elle ne voit qu’une solution, s’enfuir. Elle accepte de partir pour l’Irlande afin d’épouser un homme qu’elle ne connaît que par lettres. Mais quelle lettre ! Il semble qu’il ait autant besoin qu’elle de  combler sa solitude. Aidée par son frère Richard dans cette entreprise, elle s’en va vers une contrée inconnue à la rencontre de son destin.

     Mais en arrivant au château de Rathcannon, le monde dont elle a rêvé s’écroule : tout n’est que leurre, les lettres ont été rédigées  non par Adam, mais par sa fille Cassandra, âgée de 15 ans, une jolie princesse, protégée du monde extérieur  dans la tour de son château. Le pire est que l’homme est impitoyable, c’est un goujat qui garde sur son visage les stigmates de la vie de débauche qu’il mène depuis des années.  Comment la jeune Cassandra a-t-elle pu imaginer offrir à son père une épouse comme cadeau d’anniversaire ? Cela dépasse l’entendement !  

    Les faits sont posés, à partir de là, l’auteur nous emmène dans un monde un peu noir, illuminé heureusement par la fraîcheur de Cassandra et la douceur de Norah. Le héros est un homme torturé par les souvenirs qu’il garde de son premier mariage avec une femme infidèle qui a essayé de l’empoisonner avant de s’enfuir avec son amant,  emmenant avec elle sa fille juste pour le plaisir de nuire à son mari. Elle voulait par là atteindre cet homme qu’elle déteste en le privant de sa fille à qui il voue un amour infini. La course poursuite s’est terminée en tragédie.

    Depuis Adam n’à qu’une obsession, protéger à tout prix sa fille des ragots qui circulent sur son compte, même s’il faut pour cela priver Cassandra d’une saison à Londres et l’enfermer dans une tour d’ivoire dans la campagne irlandaise.

    Car, derrière l’homme bon et généreux envers sa fille, se cache aussi un autre homme, débauché, comme ses ancêtres, qui s’adonne au jeu, triche et collectionne les maîtresses d’un soir. Un gachis car il avait rêvé d’une autre vie, de s’affranchir du passé des ses aïeux et de fonder une famille honorable et heureuse. Son destin a été scellé le jour où il a croisé la mère de Cassandra quinze ans plus tôt. Son mariage l’a plongé dans une descente aux enfers dont il craint désormais, ne plus jamais sortir. Mais c’était sans compter sur l’amour d’une femme, certes d'une beauté quelconque, mais douce, généreuse et courageuse, et qui l’aime malgré tout. Face à cette lueur d'espoir dans les ténèbres qui l'entourent, il va tout faire pour gagner une telle confiance, à commencer par trouver celui qui veut attenter à la vie de sa fille et de sa femme.

     


    votre commentaire
  • Sous chacun de tes baisers

    Sous chacun de tes baisers

    Héros : Dylan Moore - Héroïne : Grace Clairval 

    La vie du compositeur Dylan Moore a été gâchée par un terrible accident de cheval ; lui, le célèbre compositeur, ne peut plus composer en raison de bruits incessants dans sa tête qui le rendent fou. Un jour qu'il décide de mettre fin à cette souffrance morale et physique, une arme à la main, prêt à commettre l'irréparable, une violoniste Grace Clairval, le sauve du suicide. Cinq ans plus tard, hanté par celle qu'il considère comme la seule capable de le sauver, sa muse, le destin lui permet de la rencontrer de nouveau lors d'une soirée où elle joue dans un orchestre.  Dans le même temps, il apprend qu'il a eu une fille d'une liaison passée et qu'il devra l'élever. Comment pourrait-il assumer cette charge, lui, le libertin, qui s'est lancé dans tous les plaisirs qu'offraient la vie pour oublier qu'il n'est devenu que l'ombre de lui-même ? L'extrême pauvreté de Grâce lui donne une idée : pourquoi ne pas l'embaucher comme gouvernante de sa fille ? Elle vivrait chez lui, à ses côtés, et lui permettrait de retrouver le génie qui lui a permis de créer de magnifiques symphonies. Et si sa muse devenait aussi sa maîtresse, il ferait d'une pierre deux coups. Oui mais voilà, si Grâce accepte de devenir gouvernante pour subvenir à ses besoins, elle refuse de succomber à la passion. Elle a ses raisons ! Elle connaît les artistes et leurs humeurs fantasques, la vie à côté de son mari, un artiste peintre, fut un conte de fée jusqu'à ce qu'il lui reproche de ne plus l'inspirer et se tourne vers d'autres femmes. Ella a aimé passionnément un artiste et en a souffert. Serait-elle assez stupide pour renouveler cette expérience même si Dylan Moore est plus que séduisant ?

     **

    31/01/2012 : Un libertin de plus à ajouter à la longue liste des héros romantiques ! Certes, la romancière essaie de lui trouver des circonstances atténuantes ; certes, sa vie est un cauchemar ; mais ce héros là n'a aucune sensibilité, il est égoïste, désinvolte et inconsistant. Sa vie tourne autour de la musique, et il faudra attendre les dernières pages pour qu'il prenne conscience que Grâce compte plus à ses yeux que la musique. Il ressemble assez à John Hammond, héros du tome 3, qui a aussi mené une vie de débauché pour masquer sa souffrance quand sa femme l'a quitté. Mais "Les noces de la passion" était captivant à lire. La lecture de "Sous chacun de tes baisers"  m'a mise mal et j'ai refermé le livre sans regret. 


    votre commentaire