• Dangereuse alliance

    McCall Mary ReedHéros : Aiden Terrell - Héroïne : Rebecca O'Keefe


    Un massacre à Édimbourg, un autre à Dublin, deux nouveaux meurtres effroyables à Charlestown... Les corps mutilés des victimes révèlent l'oeuvre d'un pervers, terriblement dangereux !
    Pour Aiden Terrell, l'identité du tueur ne fait aucun doute : c'est Julian, son demi-frère ! Adolescent déjà, il manifestait une cruauté que personne ne parvenait à réprimer. Après avoir assassiné son père et le médecin qui le suivait, il s'est enfui, laissant dans son sillage une trace sanglante qu'Aiden s'efforce de remonter de ville en ville.
    A Charlestown, ce dernier surprend une jeune femme en train de dérober son portefeuille. Voilà peut-être l'assistante qu'il recherchait ! La ravissante Rebecca n'a peur de rien et les bas-fonds qu'elle cotoie en exerçant ses talents peuvent le mettre sur la piste du monstre. Si Rebecca ne semble pas enchanter, mais elle n'a pas le choix, sa mère dépend d'elle. Et puis, ce Aiden l'intrigue plus qu'il ne faudrait.

    **

    3/04/2012 : Un roman pas très passionnant, mais qui se lit bien sous fond d'intrigue policière avec un tueur qui sème la mort sur son passage pour narguer son frère. Une mention spéciale pour Nathan Chandler, l'autre demi-frère, qui révèle peu à peu sa personnalité au fil de la lecture (je souligne la scène où il retrouve Aiden ivre mort dans un canniveau où celle où il lui conseille de suivre son coeur s'il veut espérer un jour trouver le bonheur et chasser le passé).

    Comme j'ai lu ce roman ancien, après Troubles intentions d'Elizabeth Hoyt, je ne peux m'empêcher de faire la comparaison. : recherche d'un assassin, un gentleman qui prend comme guide une jeune fille des bas-quartiers et dont il s'éprend, des héros secondaires attachants...


    votre commentaire
  • La chanson d'Annie

    La chanson d'AnnieHéros :  Alex Montgomery - Héroïne : Annie

    Annie, l'idiote, la simple d'esprit, la sauvageonne... Elle erre dans les bois, car c'est là qu'elle est le mieux. Sa riche famille se préoccupe si peu de son sort. Un jour, le cruel Douglas abuse de son innocence. La scène a eu des témoins. Alors, lorsque Alex, le frère de Douglas, apprend qu'Annie est enceinte, il décide de réparer la faute de son cadet en épousant la sauvageonne. C'est une question d'honneur. Très vite, le comportement étrange de son épouse l'intrigue. Elle vit dans un monde à part. Rien ne semble la toucher. Ce mystère le fascine. Il va alors tout tenter pour parvenir à communiquer avec cette femme dont la beauté le bouleverse.

    ****

    29-03-2012 Roman atypique en raison du handicap de l'héroïne mais attendrissant. Le héros fait preuve d'une gentillesse et d'une dévotion extraordinaire pour sortir la jeune femme de son isolement. L'auteur a su nous transmettre des émotions très fortes. Livre bouleversant.


    votre commentaire
  • Troubles intentions

    Série Le fantôme de Maiden Lane tome 1

     Héros : Lazarus Huntington, lord Caire - Héroïne : Tempérance Dews

    Troubles intentions d'Elizabeth HoytTempérance veuve depuis 9 ans dirige avec son frère Winter, l'orphelinat que leur père leur a legué à sa mort au coeur du sordide quartier de Saint-Giles. Mais les finances sont catastrophiques, aussi la proposition de Lazare, Lord Caire, tombe t-elle à point nommé : il aidera la jeune femme à trouver des bienfaiteurs pour l'orphelinat si elle accepte de le guider dans le quartier sordide de Saint-Giles, où sa maitresse a été sauvagement assassinée. Les voilà donc tous les deux, le soir, à la recherche d'indices qui mènera Caire à l'assassin.

    *

    25-03-2012: Je n'arrive pas à me décider :  ai-je aimé ce livre ou non ? Je l'ai lu d'une traite mais je ne peux pas dire que j'ai trouvé un réel plaisir à le lire, notamment par le langage trop cru d'Elizabeth Hoyt qui me chagrine toujours autant. Quand elle fait parler Lazarus Caine (traduit par le prénom Lazare en français !), c'est quand même à la limite du mauvais goût, les paroles sont trop vulgaires et n'ont rien de romantiques. On pourrait s'apitoyer sur le pauvre petit garçon qu'il a été, privé d'amour au sein de sa famille et ayant perdu la seule personne qu'il aimait (sa petite soeur)  mais il est quand même difficile d'adhérer à l'homme qu'il est devenu, froid, insensible et aux moeurs sexuelles un peu particulières. Quant à Tempérance, sous ses airs vertueux, elle n'est guère morale puisqu'elle a bafoué les voeux de son mariage. J'ai rarement vu un auteur décrire une héroïne de ce genre !

    La recherche de l'assassin (qui éventre ses victimes)  n'est pas très captivante et un peu sordide surtout que à la fin du roman, on ne sait pas vraiment pourquoi il a agit ainsi. Le seul point positif de ce livre est la présence des personnages secondaires qui seront les héros des prochains tomes. L'auteur a su maintenir le suspense avec le fantôme de Saint-Giles dont on devine l'identité à une petite remarque de Tempérance ;  la soeur de Tempérance, Silence (drôle de nom !)  qui perd sa réputation à cause de "Mickey le charmeur" à seule fin de sauver son mari de la pendaison. On devine également que ce voyou trop beau reviendra dans les prochains tomes, et pourquoi pas avec Silence ? Enfin il y a Lady Hero, la fille d'un duc,  belle et sympathique.

    A suivre ....



    2 commentaires
  • L'insolente de Stannage Park

    L'insolente de Stannage ParkHéros : William Dunford - Héroïne : Henriette Barrett 

    Henriette Barrett se moque des diktats de la bonne société. Elle administre les terres de son vieux tuteur, porte des pantalons et adore son diminutif: Henry. A la mort de son père adoptif son domaine bien-aimé devient la propriété d'un lointain cousin, William Dunford, et elle est prête à tout pour s'en débarrasser. Le jeune homme est lui fermement décidé à transformer cette sauvageonne en jeune fille comme il faut. Au risque qu'elle devienne la coqueluche du Tout-Londres et une redoutable séductrice...

    ***

    21/03/2012 : Très bon moment de lecture avec la plume alerte de Julia Quinn et son sens de l'humour qui offre des dialogues savoureux. Les tentatives d'Henry pour décourager Dunford de rester à Stannage Park sont très drôles (le travail à la ferme harassant et ingrat que Dunford prend avec philosophie).  Sa gentillesse est d'ailleurs très rafranchissante : pour une fois que nous ne sommes pas confrontés à un héros torturé. C'est un plaisir de revoir Alex qui, à son tour, se moque de son ami amoureux sans le savoir. Vers la fin du roman, le quiproquo entre Henry et Dunford, laisse place à une intensité douloureuse. Elle souffre car, si elle est convaincue qu'il l'aime - il le lui dit à plusieurs reprises - elle doute de ses charmes et le soupconne de voir une autre femme. Lui, pour sa part, croit qu'elle ne l'a épousé que pour rester à Stannage Park  et qu'elle lui a joué la comédie pour arriver à ses fins.



    votre commentaire
  • Splendide

    Splendide

    Héros : Alexander Ridgely, duc d'Ashbourne - Héroïne : Emma Dunster

    La jeune héritière américaine Emma Dunster est à Londres. Entourée de nombreux prétendants, elle n'a pourtant pas l'intention d'épouser l'un d'entre eux et elle aime se glisser hors de la maison, déguisée en femme de chambre, pour goûter à l'aventure avant de faire son entrée dans le monde. Mais, lorsqu'elle rencontre le fier libertin Alexander Ridgely, duc d'Ashbourne, et qu'il lui offre un baiser enflammé, elle est plus que troublée. Car la passion surgit inévitablement quand on s'y attend le moins...

    ***

    11/03/2012 : Un roman alerte, drôle et aux dialogues savoureux. Excellent et  ... splendide !

    Emma est une femme de tête, elle dirige l'entreprise de transport maritime de son père à Boston ; elle est aussi intrépide, d'une franchise déconcertante et splendide avec sa crinière rousse. Quand son père lui ordonne d'aller à Londres vivre une Saison, elle commence à protester puis se ravise devant la volonté implacable de son père, bien décidée à revenir très vite chez elle reprendre ses affaires. Elle part donc avec ses deux cousins et amis (Ned et Belle, héros du tome 2 et 4).

    A Londres, la prochaine chose qu'elle trouve à faire est de se déguiser en servante pour arpenter les rues de Londres. Quand elle croise le chemin d'Alex dont elle vient de sauver la vie de son neveu, elle ne réalise pas encore que son destin est tracé.

    Alex est un duc un peu particulier, on le dit libertin, il déteste les mondanités et ne se rend à aucune réception par peur des mères qui n'ont qu'une idée : "lui présenter leur fille à marier". Pourtant, il suffira d'une soirée pour que sa vie change du tout au tout, car, il vient de reconnaître en cette belle américaine rousse, la jeune servante qui l'avait tant intrigué. Une présentation, une danse, et ils vont devenir les meilleurs amis du monde. Mais l'amitié peut-elle justifier une jalousie aussi intense de la part d'Alex quand un jeune gandin approche Emma de trop prêt ? Justifie-t-elle qu'il se rende désormais à tous les bals pour le seul plaisir de la voir et lui parler ? Explique-t-elle ses colères et ses peurs incommensurables quand elle se met en danger ? Finalement, ne serait-il pas amoureux ? De questions en questions, Alex prend une décision : il va demander Emma en mariage !  Il imagine alors toute une série de mises en scène pour demander la main de sa belle, de quoi faire rire la Haute Société si elle l'apprenait ! Après tout, ce n'est un secret pour personne qu'il a une aversion pour le mariage, au grand désespoir de sa mère et de sa soeur.

    Sa décision prise, il tombe des nues quand c'est Emma qui le demande en mariage, bafouant toutes les convenances et lui volant sa demande. Il faut dire qu'elle a une raison d'agir ainsi, elle doit venir en aide à son cousin Ned et le mariage s'avère la seule possibilité possible. Alex, commence à accepter jusqu'à ce qu'elle parle d'argent. Sa colère est à la hauteur de sa peine : Emma a joué avec lui, elle ne l'aime pas vraiment, et n'en veut qu'à son argent ! Il la chasse durement sans explication. Commence pour lui une descente aux enfers qui ne cessera que lorsqu'il apprendra qu'Emma s'est engagée dans une aventure périlleuse.  Ensemble, ils vont essayer de déjouer les intrigues de celui qui leur veut du mal.


    votre commentaire
  • Listes des auteurs et leur bibliographie

    classement alphabétique

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Scandaleuse comtesse

    Série: Who will take this TOME 2

    Scandaleuse comtesse

    Héros : Andrew Stanton - Héroïne: Catherine Ashfield alias Charles Brightmore

    Catherine Ashfield, vicomtesse de Bickley, a édité un petit livre qui fait outrage à la bonne société londonienne : Le guide des femmes à la poursuite de leur bonheur personnel. Elle ne se doutait pas que cette initiative mettrait sa vie en danger, ni qu'Andrew deviendrait son sauveur.

    ***

    (20/11/2010) : Je crois que c'est la première fois que je lis un livre où le héros est éperdument amoureux dès le début (et cela depuis plus de six ans en secret) et ses réactions sensibles sont très bien décrites par l'auteur. Il est aussi adorable que Catherine est absurde par son obstination, refusant l'évidence à tout prix. Je mets trois coeurs  pour l'écriture très leste, drôle et pleine de psychologie. Le  livre se lit avec grand plaisir.

    Andrew malheureusement, a choisi la soeur de son meilleur ami comme heureuse élue. Celle-ci, après un mariage malheureux et solitaire, refuse obstinément de se remarier. Après avoir échappé à une tentative de meurtre, Andrew Stanton se propose de la raccompagner à la campagne afin de la protéger. Il se lie d'amitié avec le fils de Catherine, rejeté par la société et feu son père en raison d'un pied bot. Sa mère se dévoue entièrement pour son fils, le surprotégeant. Il va apprendre au jeune garçon à faire ce que font les jeunes de son âge (boxe, équitation...). 
    Catherine a aussi un secret, elle a servi de scribe à une ancienne courtisane pour rédiger un livre sulfureux censé apprendre aux femmes à être plus indépendantes. Ce livre fait scandale auprès de ces messieurs (le passage où il s'offusque de la libéralité de leur femme ayant lu le livre est drôle !) et ils n'hésitent pas à embaucher Andrew Stanton  pour démasquer l'auteur et le réduire "en cendres". Andrew va lire le livre en cachette et s'appliquer durant tout le roman à faire la cour à sa belle dans les règles de l'art, car il n'a qu'un rêve, l'épouser. Pour cela, il devra la jouer fine afin de la convaincre. J'ai bien aimé les nombreux passages où Catherine s'exclame : "Ne me dites pas que ...." et il répond "d'accord, je ne vous le dis pas". 
    Seul bémol de ce livre, l'obstination évidente de Catherine à nier ce qu'elle ressent pour Andrew sous prétexte qu'elle est hostile au mariage, est assez pénible. Le pauvre est éperdument amoureux et elle ne veut pas voir l'évidence, préférant une liaison éphémère pour expérimenter enfin la sensualité alors que lui, en homme honorable, veut l'épouser. Il faudra qu'elle découvre qu'il est amoureux d'elle en secret depuis plus de six ans pour qu'elle comprenne enfin qu'elle l'aime elle aussi. La fin est sympa : elle lui offre des fleurs et le demande en mariage car elle a enfin compris que le mariage  peut être : " compter l'un sur l'autre, s'aimer mutuellement, partager les bons et les mauvais moments".

    Relu le 28/02/2012 après avoir trouvé (enfin ! ) le premier tome. Mêmes réactions qu'en 2010, je souligne juste une phrase qui résume bien l'amour d'Andrew :

     "Plutôt que de prendre une épouse avec laquelle il est possible de vivre, je préfère choisir une femme sans laquelle je ne pourrais pas vivre".( page 143 Andrew)

     


    votre commentaire